Mon collègue a un problème …

Un petit problème passager ou problème récurrent ? “Ah… il a un problème celui-là ! Combien de fois avons-nous entendu des plaintes au bureau au sujet du comportement surprenant ou agaçant d’un autre ? Faisons le point entre les troubles psychiques, les “petits” problèmes qui peuvent arriver à tous, parfois passagers mais qui peuvent aussi s’aggraver, jusqu’au handicap psychique s’ils ne sont pas reconnus.

Les troubles psychiques. On parle parfois de trouble mental, pour parler d’un “désordre” temporaire ou permanent qui rend la vie quotidienne difficile pour la personne et/ou ses proches. Et c’est une vraie souffrance, mais invisible. L’intensité de cette souffrance a été étudiée et est comparable à une brûlure au troisième degré ! Imaginez une telle souffrance que vous ne pouvez faire taire… Oui, ça peut rendre fou !

Ce qui a évidemment un impact émotionnel sur les personnes touchées. Elles contrôlent moins bien leurs émotions en société, leur comportement, et cela peut arriver à tout le monde, quel que soit l’âge. Cela peut être en apparence anodin ou flagrant, et varier d’un jour à l’autre en fonction des événements… Comme toute affection, quand on ne s’en sort plus seul, il faut se faire aider, par un spécialiste, son médecin traitant, un psychologue, un thérapeute ou un psychiatre.

La liste des troubles possibles est large, on y retrouve l’anxiété, les addictions, les phobies, la dépression, les troubles du comportement alimentaire, la bipolarité, la schizophrénie,… 

L’anxiété, c’est une peur. La peur de quelque chose qui va arriver… ou pas. C’est se faire peur tout seul en imaginant l’avenir. Pour la personne anxieuse, cette menace est réelle, même si sa source est inconsciente. Souvent elle diminue quand on en prend conscience et que l’on travaille sur les souvenirs qui nous ont marqués et ont généré cette crainte viscérale, un état de stress, de vigilance permanent.

Peur, souffrance, noirceur

Les addictions. Ce sont tous les moyens que chacun peut trouver pour ne pas faire face à une réalité ou faire taire une souffrance, qui peut devenir une envie irrépressible physiquement ou psychiquement. C’est l’alcool, la cigarette, les produits psychotropes légaux et illégaux, ou tout autre “objet” qui rassure : les peluches, les chats, les vêtements… Si certains produits sont chimiquement addictifs, toute forme de pensée vers un objet peut devenir une addiction !

Les phobies sont nos peurs viscérales. Comme l’anxiété, c’est le déclenchement d’une peur démesurée qui bloque la capacité d’une réaction “appropriée”. C’est une image, une association qui s’est faite quelque part dans notre passé : “araignée = venin = mort” ou “reptile = dégoûtant” ou “eau profonde = noyade” ou “avion =…”. Il existe de nombreuses méthodes qui permettent, soit de dompter sa phobie, soit de la supprimer.

La dépression. C’est un phénomène psychique et chimique ! Les neurosciences nous l’ont prouvé. C’est d’abord “déprécier tout”. Plus rien n’a de goût, d’importance… jusqu’à ne plus avoir goût pour rien, même pour la vie… Moins on prend de plaisir dans la vie, moins nous produisons ces hormones de vie, de bien être, de joie… Jusqu’à influer sur notre physiologie qui produit alors plutôt des substances nocives pour nous, qui nous invite à voir les choses en négatif… comme un état de stress. C’est un processus dynamique, qui se modifie tous les jours en fonction des expériences de vie et de la manière dont on les regarde. Cela évolue donc vers le pire ou vers la sortie de la dépression… Certains médicaments aident à en sortir plus vite en dopant notre capacité à produire les bonnes substances pour notre humeur.

Les troubles du comportement

Les troubles du comportement alimentaire sont en partie des compulsions, une envie irrépressible de faire quelque chose même si l’on sait bien que ce n’est pas bon pour notre santé. Comme les “TOC”, les troubles obsessionnels compulsifs, qui vont de la petite manie anodine – vérifier trois fois si on a bien fermé sa voiture ou faire le signe de croix en croisant un chat noir – jusqu’aux comportements plus envahissants, souvent mêlés à une phobie, comme se laver les mains 50 fois par jour par exemple. Cela correspond à une forme de rituel qui rassure.

La bipolarité, ou “Phénomène Maniaco-dépressif”. Les personnes atteintes de ce trouble passent de la dépression à l’hyperexcitation, ce qui les rend difficile à vivre tant les pics peuvent aller haut dans un sens comme dans l’autre. C’est un “yoyo émotionnel” très pénible à vivre pour la personne elle-même. Il se rapproche de la personnalité “borderline” qui tend à idéaliser ou dévaloriser les autres dans ses relations, de manière excessive.

La schizophrénie est une atteinte sévère qui altère les pensées. Les raisonnements de référence sont spécieux, hors des idées habituelles dans notre société, conduisant à des propos qui ne semblent pas être dans le réel. De plus ces personnes peuvent être l’objet d’hallucinations, voir ou entendre des choses inexistantes. Une simple conversation peut laisser facilement apparaître qu’une telle personne n’est pas dans la réalité… et sembler tout à fait sensée une heure plus tard… Médication et accompagnements sont nécessaires pour calmer les épisodes critiques et réguler la vie de la personne.

Bien évidemment ces différents troubles peuvent se cumuler et s’entretenir l’un l’autre. Une addiction peut accélérer une schizophrénie ou un comportement borderline peut inviter à des comportements addictifs et dépressifs.

Quel impact au quotidien ?

Le handicap psychique. Vous aurez bien compris que tous ces troubles peuvent nous atteindre de manière plus ou moins importante et donc gêner notre vie quotidienne plus ou moins. La notion de handicap se situe là ! Ces troubles sont-ils suffisamment présents pour m’handicaper dans mon développement, ma vie sociale, familiale, professionnelle ?

Le handicap est définie dans la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ». Cela s’évalue donc au cas par cas.

Mais ce n’est pas un handicap mental ! Le handicap mental est simplement un cerveau qui fonctionne de manière réduite en raison d’un traumatisme, d’une anomalie génétique, d’un accident cérébral… C’est une limitation des capacités intellectuelles qui n’évolue pas, avec des symptômes stables.

Des ateliers pour mieux comprendre

Pour comprendre comment vivre au quotidien avec un ou des collègues ou des proches qui semblent avoir des symptômes de souffrance psychique, pour savoir comment recruter ou manager au quotidien de telles personnalités, pour connaître les dispositifs d’aide et les structures qui peuvent vous accompagner, le PRITH Réunion (Plan Régional d’Insertion des Travailleurs Handicapés)* propose une série d’ateliers réunissant les experts du sujet à la Réunion.

Les prochains ateliers auront lieu les matins des 6  février à St-Gilles, 5 mars à St-Benoît et 17  mars à St-Pierre et suivis d’un buffet pour pouvoir échanger encore mieux avec les intervenants. Chaque rencontre abordera un thème différent : la relation au quotidien, les relations au travail, la gestion de l’emploi, les aides… L’objectif est l’échange d’expérience entre les professionnels et tous ceux qui ont à croiser le chemin d’une personne atteinte d’un trouble psychique. Nous sommes donc tous concernés !

Vous pouvez vous inscrire gratuitement par simple demande à prith.reunion@amnyos.com (attention le nombre de place est limité). Et si vous avez des questions, n’hésitez pas à me consulter…

* Le PRITH Réunion, c’est :

– la DIECCTE : http://reunion.dieccte.gouv.fr/

– l’AGEFIPH : https://www.agefiph.fr/la-reunion-mayotte

– le FIPHFP : http://www.fiphfp.fr/Le-FIPHFP/En-region/Le-FIPHFP-dans-votre-region/Reunion



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *