Enquête exclusive : comment être recruté aujourd’hui à La Réunion ?

Kisamilé, portée par l’association PRODIJ, publie les résultats de son enquête inédite à La Réunion sur les pratiques de recrutement. L’objectif ? Analyser qui sont les recruteurs aujourd’hui et les modalités de recrutement afin d’aider les jeunes en recherche d’emploi à adapter leur CV et faciliter le recrutement pour les entreprises ! Dans cette enquête on découvre notamment que les recruteurs réunionnais peuvent majoritairement décoréler les compétences des diplômes. Explications !

Illustrations : Laurence Tosser

Alors que de nombreux réunionnais ont vu leur contrat s’arrêter pendant la crise sanitaire, la question du recrutement se pose aujourd’hui plus que jamais. Comment se mettre en valeur ? Quoi mettre en avant sur son CV ? Comment valoriser une expérience personnelle qui n’est pas directement en lien avec le poste ?

Les jeunes en recherche d’emploi qui fréquentent Kisamilé se posent ces questions en permanence. Pas facile quand on manque de diplôme et qu’on a des trous dans son CV de trouver les mots face à un recruteur. Pourtant, grâce à cette enquête inédite sur l’île, on casse de nombreux aprioris sur le recrutement et surtout, on connaît désormais les spécificités locales du recrutement : les grandes tendances pour être recruté !

Ce sont 100 structures qui ont répondu à O’pti plus, l’organisme de sondages qui a effectué́ cette étude.

Morceaux choisis

80 % des répondants ont déclaré́ que c’est la direction générale ou adjointe, le responsable de service ou le chef de projets qui exerce directement la fonction de recrutement. En majorité́́, ces recruteurs qui n’ont pas reçu de formation en RH, disent recevoir des candidatures transmises par les candidats eux-mêmes et celles-ci sont ensuite traitées par leurs structures.

Pour 8 recruteurs sur 10, la réception et l’étude du CV est effectuée par la même personne que l’entretien d’embauche. Les recrutements se font quasiment à 50/50 entre les diplômés et les non diplômés et cerise sur le gâteau des informations percutantes de cette enquête : les diplômes sont souvent décorélés des postes occupés. Les compétences autres, les savoir-être semblent gagner en importance dans les procédures de recrutement plus on avance dans sa carrière. Ce qui laisse de belles perspectives pour les chercheurs d’emploi ne souhaitant pas exercer le métier qui correspond à leur diplôme. Dans le prolongement, les critères de sélections les plus importants sont : les connaissances et le domaine de compétences, la durée de l’expérience professionnelle et la motivation. « Cette enquête dresse une véritable tendance des pratiques actuelles de recrutements à La Réunion. Les recruteurs vont pouvoir mettre en perspective leurs fonctionnement face à ces tendances. Et, les chercheurs d’emploi vont adapter leur candidature aux attentes des recruteurs. Cette enquête facilite les rapprochements », explique Indira Velaye Andy, Chargée de développement des relations économiques, à l’origine de ce travail.

Après le CV : l’entretien

A plus de 42%, le temps passé sur un CV est de moins de deux minutes… Il est important donc de bien hiérarchiser les informations et de mettre en valeur les atouts principaux des candidats. Une fois la première barrière de sélection du CV passée, l’entretien d’embauche est une autre étape. Là aussi, l’enquête de Kisamilé surprend en révélant que les trois premiers critères retenus lors de l’entrevue par les recruteurs réunionnais sont :

  • Le comportement, attitude
  • L’adéquation avec l’équipe à intégrer
  • Sa curiosité́ vis-à-vis de la structure et du poste proposé

C’est une bonne nouvelle pour les chercheurs d’emploi sans diplôme ou ayant un diplôme qui ne correspond pas au poste en recrutement. D’ailleurs, plus de 75% des répondants se déclarent familiers avec le recrutement par compétences et non par métier. Et à plus de 80% ils pratiquent ce recrutement par compétences ! « Cela ouvre de nombreuses perspectives pour les jeunes en recherche d’emploi. Ils s’occupent de leur fratrie, ils s’investissent dans un club de sport, ils viennent en aide à leur gramoune… Ils ont donc des compétences qu’ils doivent pouvoir mettre en avant sur un CV », conclue la jeune femme enthousiaste.

Les données de cette enquête vont permettre à Kisamilé de continuer l’accompagnement des jeunes et les mises en relation avec les entreprises et les recruteurs. En construction, notamment, la mise en place d’une plateforme de sourcing et d’un label.
« La plateforme donne une nouvelle ouverture, donne la possibilité́ d’effectuer nos choix de candidats sur d’autres compétences / sur du savoir-être, des qualités qui sont aujourd’hui assez encartées du profil cible. Ce nouvel outil nous permettra à nous employeur, de participer plus activement à l’insertion de public en difficulté́ d’insertion, d’être porteur d’espoir pour cette population, et c’est sur ce point que se porte notre engagement : être acteur de l’insertion », justifie la Chargée de mission RH de Prudence Créole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *